Dans les bois éternels, Fred Vargas

Publié le par Delphine

     Voilà l'extrait en quatrième de couverture : "Des fois, ça me gratte. Ca me gratte sur mon bras manquant, soixante-neuf ans plus tard. A un endroit bien précis, toujours le même, dit le vieux (...). Ma mère savait pourquoi : c'est la piqûre de l'araignée. Quand mon bras est parti, je n'avais pas fini de la gratter. Alors elle me démange toujours (...) C'est tout simple, c'est que le sentiment n'a pas fini sa vie (...) Et si on meurt avant d'avoir fini de vivre, c'est pareil. Les assassinés continuent à traîner dans le vide, des vengeances qui viennent nous démanger sans cesse." Se pourrait-il que le commissaire Adamsberg coure après une ombre ?

     Je trouve que l'extrait choisi ne donne pas spécialement envie de le lire et pourtant il est incontournable, j'ai beaucoup aimé, énormément de suspens ! Je vous le conseille vraiment.

 

Commenter cet article